1852-1899

Histoire du CPSJ de 1852 à 1899

Première photo du CPSJ à paraître dans un journal en 1902

Le Cercle Philharmonique de Saint-Jean-sur-Richelieu figure parmi les plus anciennes harmonies du Québec et une des rares formations à n'avoir jamais interrompu ses activités musicales. Voici donc un historique relatant les faits marquants de la longue existence du Cercle.

En 1857, il existait une fanfare à Saint-Jean sous l'appellation se « St-John Band ». Elle était alors dirigée par un officier de caserne et était composée de citoyens et de quelques soldats de cette même caserne. Cette fanfare avait débuté ses activités en 1852.

À l'origine, il s'agissait surtout d'un regroupement de personnes ayant à cœur la musique, le chant, la littérature de même que l'art en général. Au début, une dizaine de personnes composaient le « St-John Band » et les violons étaient au nombre des instruments utilisés.

Avec le temps, un certain engouement s'est développé pour les corps de musique qui paradaient dans les rues de leurs cités ou ailleurs.

À la suite d'une restructuration effectuée en 1887, une demande fut faite en 1890 aux autorités municipales afin d'obtenir une reconnaissance officielle de leur part. Le Cercle Philharmonique de Saint-Jean reçut son nom en 1899 et s'incorpora en 1906. Son premier chef de musique fut M. J. Hamel, secrétaire de la Cité de Saint-Jean, à qui succéda M. Henri Weber, brillant clarinettiste du Conservatoire de Liège. MM. Napoléon et Norbert Boisvert, ex-membres de la fanfare de J. P. Sousa, furent les chefs de musique jusqu'en 1921. De 1922 à 1932, M. J.-Gervais Marien dirigea la fanfare. MM. D-Norbert Boisvert, J. J. Goulet, J.-G. Agostini et J.-P. Rancourt lui succédèrent.

Dès 1893, le Cercle participe à l'Exposition régionale de Saint-Jean. Cette foire agricole et commerciale avait lieu en septembre. En 1899, la fanfare est engagée pour les expositions agricoles et industrielles des comtés de Saint-Jean, Iberville, Napierville, Beauharnois, Chambly, Chateauguay, Huntingdon, La Prairie, Mississiquoi et Rouville.

Le Cercle Philharmonique s'occupe de la musique lors de fêtes charitables telles que La fête de la Charité , organisée par les dames de la municipalité à l'hôpital Saint-Jean. Cette fête a pour but d'amasser des fonds pour aider au bon fonctionnement de l'hôpital. De 1900 à 1904, la fanfare offrira ses services durant les trois ou quatre jours de la fête. Ce type d'événement était associé de très près à l'Église. Il n'est donc pas surprenant de voir le Cercle participer à un grand nombre de fêtes religieuses ainsi qu'à quelques événements particulier, tel que le passage du Mgr Bruchési dans la paroisse de Saint-Luc. Les événements religieux se prêtent bien à la présence d'une fanfare. Les membres de la fanfare ajoutent à la solennité de la fête de par leur habit et leur parade. Ils participent donc à de nombreux défilés religieux dans la municipalité de Saint-Jean ainsi que dans le diocèse. La mi-carême est une autre occasion pour la fanfare de démontrer ses talents pour la cause catholique. En raison de la date de cette fête, le concert se donne au Théâtre Royal.

Il n'y a pas que les fêtes religieuses. Divers événements sollicitent la présence du Cercle. Ainsi, un concert pour les pompiers se déroule en mars 1898; l'année suivante le Cercle est réinvité pour le bal des pompiers de Saint-Jean de novembre 1899. Il accompagne régulièrement des artistes qui donnent des spectacles au théâtre. Ceux-ci sont majoritairement des chanteurs, comme la troupe Rose of England que le Cercle accompagne en février 1903. Parfois un hypnotiste, tel le Dr. Onofroff, requiert la présence de la fanfare. Le Cercle s'offre même une série de concerts bénéfices à son profit, tous les quinzes jours de l'hiver 1900-1901 à l'Hôtel de ville. Les profits servent à l'achat de costumes et d'instruments, ainsi qu'à défrayer les coûts d'opération. Le Cercle participe aussi à quelques manifestations politiques, notamment pour la fête des libéraux du comté de Mississiquoi à Clarenceville, au mois de décembre 1900. Le Cercle est aussi sollicité pour d'autres occasions plus solennelles. Ce fût notamment le cas, le 24 janvier 1901 où le Cercle Philharmonique donna un concert bénéfice à l'Opéra Black au bénéfice des soldats revenus de la guerre d'Afrique; ou encore lors de la fête de l'indépendance des États-Unis, le 4 juillet 1904, où ils furent engagés à Rouses Point dans l'État de New York.